Que cherchez-vous?

Une belle rencontre.
De grandes réalisations.

LEEROY est fière de travailler avec le Salon
du livre de Montréal.

La saga SNC-Lavalin

Paru le 7 octobre 2021
La saga SNC-Lavalin
Auteur·rice·s
Format
Papier
Maison d'édition
Kiosque
913
Prix 28,95$
Français
Ceci n’est pas un roman. C’est l’histoire vraie d’une des plus grandes multi­na­tionales québé­cois­es, et de l’empire de cor­rup­tion que ses dirigeants ont érigé autour du globe avec l’appui de dic­ta­teurs et d’oligarques. Embauche de mer­ce­naires, pros­ti­tu­tion, pots-de-vin, faux doc­u­ments, trucage des livres : pour cer­tains cadres de SNC-Lavalin, tous les moyens étaient bons lorsqu’il s’agissait de gag­n­er un con­trat. Ils étaient excel­lents dans ce qu’ils fai­saient. Ils étaient dans les bonnes grâces du gou­verne­ment cana­di­en. Et ils fai­saient gag­n­er beau­coup d’argent à beau­coup de gens très influ­ents. Leur manège sem­blait par­ti pour dur­er éter­nelle­ment. Jusqu’à ce que trois petits groupes d’enquêteurs acharnés, au Cana­da, en Suisse et aux États-Unis, remon­tent une fil­ière de réseaux financiers occultes basés dans les par­adis fis­caux, qui ser­vaient aus­si bien aux barons de la drogue qu’aux dic­ta­teurs et aux multi­na­tionales du pot-de-vin. De fil en aigu­ille, en suiv­ant la piste de l’argent, ils ont con­tribué à met­tre à jour le réseau crim­inel ten­tac­u­laire qui par­tait du siège social de Mon­tréal. Grâce à un accès inédit à plusieurs acteurs de la saga SNC-Lavalin, Vin­cent Larouche dévoile les couliss­es du thriller géopoli­tique qui s’est joué autour du fleu­ron québé­cois de l’ingénierie pen­dant un quart de siè­cle. Il racon­te aus­si pour la pre­mière fois la genèse des enquêtes poli­cières qui ont mené à la con­damna­tion de la firme. Ses recherch­es mon­trent com­ment l’arrestation d’un homme de main du baron de la drogue Pablo Esco­bar à Hous­ton, au Texas, a déclenché une réac­tion en chaîne dans plusieurs pays qui allait boule­vers­er le monde des affaires cana­di­en et provo­quer une crise au sein même du bureau du pre­mier ministre.
Retour en haut de page