Que cherchez-vous?

Une belle rencontre.
De grandes réalisations.

LEEROY est fière de travailler avec le Salon
du livre de Montréal.

La Grande Marie ou le luxe de sainteté

Paru le 23 mai 2021
La Grande Marie ou le luxe de sainteté
Auteur·rice·s
Format
Papier
Maison d'édition
Kiosque
827
Prix 19,95$
Français
Un alliage séduisant de lit­téra­ture et d’histoire Le por­tait plein d’humanité d’une fig­ure mar­quante de la Nou­velle-France ain­si revis­itée Une lec­ture dynamique de l’histoire et une réflex­ion sur la société con­tem­po­raine Imag­i­nons une bar­que qui remonte le fleuve Saint-Lau­rent, entre ses rives escarpées, depuis Tadous­sac et accoste à Québec le 1er août 1639 après une escale à l’île d’Orléans. Dans cette bar­que, éprou­vées par trois mois de tra­ver­sée depuis Dieppe, trois religieuses ursu­lines, dont l’une, ayant quit­té son cou­vent de Tours, dotée d’un fort tem­péra­ment, aus­si bien tourné vers l’action que vers la mys­tique, appa­raît déjà comme une fig­ure cen­trale : Marie de l’Incarnation. N’imaginons plus. À qua­tre siè­cles de dis­tance, c’est son por­trait que brosse ici, d’une main leste, d’un œil admi­ratif, l’écrivain Carl Berg­eron, séduit par la force de car­ac­tère, les qual­ités d’organisatrice et le grand tal­ent d’épistolière d’une femme portée par un désir d’absolu et celui, tout aus­si impérieux, qui la poussera à faire corps avec ce pays de froid dément, de rochers austères et de forêts implaca­bles, à appren­dre les langues autochtones, à y bâtir un monastère, à enseign­er, à s’abandonner à l’Amour avec des élans que nous savons plus com­pren­dre. Ce faisant, Carl Berg­eron tend à la religieuse de fer et de chair un miroir qui fera paraître étriquées notre époque, ses lâchetés, son amnésie sou­vent. Il prend la mesure de son legs, inter­roge la société québé­coise issue de la Nou­velle-France. D’un même coup de fleuret, il égratigne l’université quand elle n’est que refuge, l’esprit bour­geois quand il n’est que cal­cul. Plus que tout, son chant d’amour à la «Grande Marie», aus­si beau que néces­saire, est tourné vers l’avenir : «N’allons pas croire, naïfs que nous sommes, que Marie est morte en 1672 et qu’elle s’est arrêtée là. […] Il se pour­rait que le XXIe siè­cle fasse de Marie de l’Incarnation une con­tem­po­raine, et la ressus­cite plus proche et vibrante à notre con­science qu’un Proust, un Céline ou un Joyce.»
Retour en haut de page