Que cherchez-vous?

Une belle rencontre.
De grandes réalisations.

LEEROY est fière de travailler avec le Salon
du livre de Montréal.

Criminelles

Paru le 14 octobre 2021
Criminelles
Format
Papier
Maison d'édition
Kiosque
529
Prix 27,95$
Français
Il y a une dizaine d’années, les autri­ces ont toutes deux pub­lié leurs pre­mières nou­velles crim­inelles dans la regret­tée revue Ali­bis, qui était alors l’unique péri­odique québé­cois à faire paraître des textes brefs rel­e­vant du polar. Bon nom­bre d’auteurs du genre sem­blent préfér­er le for­mat plus long du roman d’enquête à celui de la nou­velle. Et pour­tant. Les autri­ces affec­tion­nent de manière par­ti­c­ulière la nou­velle poli­cière, les expéri­men­ta­tions mul­ti­ples qu’elle per­met. « L’envie d’écrire davan­tage de nou­velles poli­cières per­sis­tait après la fer­me­ture de la revue Ali­bis, en 2016. Nous avons alors pen­sé que le crime aimait les com­plices et qu’il serait stim­u­lant de con­coc­ter ensem­ble des plans cra­puleux. Nous pour­rions écrire un recueil à qua­tre mains, qui prendrait pour cadre les noires forêts, leurs zecs, les chalets près de lacs par­fois anonymes. Nous avons aus­si en com­mun, depuis nos pre­miers écrits, la propen­sion à camper nos his­toires en régions, en milieux ruraux ou en ter­ri­toires peu den­sé­ment habités. Nous souhaitions, dans ce recueil, car­togra­phi­er le Québec, pro­pos­er des escales tant en Gaspésie qu’en Mauricie, en Chaudière-Appalach­es et dans le Bas-Saint-Lau­rent. Con­tin­uer à éla­bor­er une toponymie du crime. » C’était l’une des lignes direc­tri­ces du pro­jet. La sec­onde don­nerait son titre à l’ouvrage : Crim­inelles. Ain­si, dans toutes les nou­velles, des femmes sont mêlées à des méfaits de dif­férentes manières, les « sig­nent » ou en sont par­fois les témoins. Les crimes pren­nent des formes var­iées, de la voie de fait au vol en pas­sant par le meurtre, le délit de fuite ou le fait de garder le silence sur une vio­la­tion de la loi. La troisième inspi­ra­tion des autri­ces fut le cal­en­dri­er sélène, le pas­sage des dif­férentes phas­es de la lune – pleine, absente, ou par­tielle – entre jan­vi­er et décem­bre. Saviez-vous qu’un cer­tain nom­bre d’années comptent une lune per­due, treiz­ième appari­tion dans le ciel de l’astre blême ? « Notre recueil ne pou­vait que s’infiltrer dans cette brèche sus­pecte. » Vous êtes con­viés à de bonnes prom­e­nades forestières sous l’égide de l’astre sélène en ces pages crim­inelles au féminin pluriel.
Retour en haut de page